02 novembre 2013

13. Quand les travailleurs de base glissent vers la condition des marchandises

Du côté du salaire minimum, il n'est guère difficile de rejoindre le statut de ces choses si particulières que sont les marchandises. En tout cas, il est essentiel pour les détenteurs de capitaux que les travailleurs de base jouxtent cette condition-là. Pour en trouver qui soient de cette catégorie extrêmement juteuse en termes de profit, ils sont prêts à aller au bout du monde : ça s'appelle l'impérialisme, et c'est ce qui anime prioritairement les multinationales. Un objet en tant qu'objet a une valeur d'usage : il sert à ceci... [Lire la suite]
11 novembre 2013

20. D'une miche de pain jusqu'à la finance internationale

En tant que tel, le salaire se présente comme la rémunération du travailleur et donc comme le prix de son travail. Comment mesurer ce prix ? Entre notre marin et notre boulanger, entre leurs travaux respectifs aux valeurs d'usage si différentes, où trouver la commune mesure sur le fond de laquelle faire intervenir la rémunération applicable à chacun d'eux ? Les libéraux disent : c'est la concurrence qui va jouer le rôle d'une balance parfaite... Elle va définir "le" point d'équilibre. Entendu : mais à l'équilibre justement, les deux... [Lire la suite]
07 décembre 2013

27. Au bal des vampires

En Europe - mais n'est-ce que momentané ? -, l'effondrement politique du salariat ordinaire a permis au capital de reconduire la force de travail à ses conditions minimales de survie : on finit même par y mourir de malnutrition et de froid dans les rues de la mauvaise saison. Reprenons alors la formule de Karl Marx (in "Salaire, prix et plus-value") :"Qu'est-ce donc que la valeur de la force de travail ? Comme celle de toute autre marchandise, sa valeur est déterminée par la quantité de travail nécessaire pour la produire." Or, il y... [Lire la suite]