27 octobre 2013

6. Une analyse qui nous prend parfois à revers

La lecture de Karl Marx n'est pas de tout repos pour ces personnages que nous sommes devenus à force de vivre dans un pays décidément impérialiste. Comme je l'ai indiqué : dans l'entretien du 24 janvier 1848, certains extraits de Misère de la philosophie (1847) apparaissent. Je vais ici en prendre un autre qui permet de voir que l'analyse marxiste n'oublie pas de nous mettre en cause, même lorsque nous n'avons pas, nous-mêmes, de raison apparente de nous sentir en situation d'exploiter autrui... à mort. Voici le début... [Lire la suite]
01 novembre 2013

10. Ouverture des frontières - Liberté des échanges

Abordant les lois exposées par ceux qu'en son temps on appelait les économistes (de Quesnay à Ricardo), Karl Marx déclarait, dans sa conférence sur le libre-échange (9 janvier 1848) :"Ces lois se confirment à mesure que le libre-échange se réalise. La première de ces lois, c'est que la concurrence réduit le prix de toute marchandise au minimum de ses frais de production. Ainsi le minimum de salaire est le prix naturel du travail. Et qu'est-ce que le minimum de salaire ? C'est tout juste ce qu'il faut pour faire produire les objets... [Lire la suite]
10 novembre 2013

18. Cet argent qui n'a pas d'odeur, dit-on

Lorsque Voltaire recevait l'une de ces lettres de change qui lui venaient de Cadix en retour d'une petite part de l'investissement qu'il avait judicieusement réalisé dans le commerce triangulaire, il ne pouvait guère s'attendre à y trouver des taches du sang, ni même de la sueur, des Noir(e)s. Ce qui fait de cet illustre personnage un très brave homme. Comme nous sommes, nous-mêmes, indemnes de tous les crimes de l'impérialisme, en utilisant le moindre euro... L'argent fait décidément bien de ne pas avoir d'odeur. Mais, par quel... [Lire la suite]